Tendances de couleur

Les concepteurs sont à la recherche de couleurs architecturales qui combinent tenue et finalité

Si la couleur, la forme, l'espace et la lumière sont les principales composantes d'un projet architectural, la couleur s'avère en revanche l'élément qui influence le plus les autres. Le choix de la bonne couleur pour un projet architectural peut constituer un défi colossal. La couleur produit un effet marqué sur les hommes et, en particulier, sur les utilisateurs du bâtiment qui y vivent, travaillent et se détendent. Elle joue également un rôle essentiel dans l'évolution et l'amélioration de l'esthétique de certains secteurs.

Si la couleur se révèle, de façon constante, un facteur de vente déterminant pour les éléments d'architecture, les teintes blanches, beiges, bronze, métalliques et grises restent des références de choix depuis de nombreuses années. Les concepteurs, promoteurs et propriétaires cherchent avant tout à construire des bâtiments qui ne deviennent pas obsolètes au bout de quelques années. En conséquence, les choix en matière de couleurs se révèlent plus conservateurs. Néanmoins, le grand public et les professionnels du design sont désireux d'exprimer une créativité toujours plus grande, ce qui permet à des tendances colorées marquées de se dessiner. Une réévaluation constante des effets de la couleur en architecture s'avère donc nécessaire. Les acteurs du secteur doivent sans cesse s'intéresser à des tendances plus colorées et à des teintes plus vives pour les projets.

Les revêtements architecturaux hautes performances leur laissent entrevoir des possibilités uniques, au vu de la difficulté que représente la création de couleurs vives et accrocheuses, et de l'échec que peut provoquer le choix de la mauvaise couleur.

De nos jours, dans un monde où les attentes sont de plus en plus élevées, les fabricants de revêtements doivent relever le défi double de plaire au grand public tout en fournissant des produits de qualité et durables. Les pigments sont à la base du revêtement : cet ingrédient qui détermine la couleur du produit peut être source de réussite ou d'échec. Dans toute formulation, les composants pigmentaires peuvent tout aussi bien améliorer ou dégrader les performances globales du revêtement protecteur coloré. Dans les éléments architecturaux, la résistance chimique des pigments est essentielle. Elle limite parfois les espaces colorimétriques réalisables. En effet, quelle que soit la qualité du revêtement, certaines couleurs, telles que les couleurs vives (les jaunes, oranges et rouges), sont davantage altérées que d'autres par l'environnement extérieur.

Pigments : inorganiques ou organiques

Un pigment modifie la couleur de la lumière réfléchie ou transmise en raison de l'absorption sélective des longueurs d'onde. Il doit servir à la fois pour la coloration et l'utilité finale du produit. Les pigments présentent une composition inorganique ou organique. Dans certains cas, les deux types sont mélangés pour obtenir une nuance ou une couleur spécifique.

Les pigments inorganiques sont fabriqués à partir de composés minéraux, principalement des oxydes métalliques complexes, et affichent une meilleure stabilité de couleur, ainsi qu'une résistance chimique et thermique plus importante. Les couleurs obtenues à partir de pigments inorganiques sont moins vives et vont des beiges aux marrons en passant par les bruns et autres tons terre.

Les pigments organiques contiennent du carbone et sont souvent fabriqués à partir de composés du pétrole. Toutefois, ils affichent une résistance moindre à la chaleur et à la décoloration. Offrant un pouvoir couvrant inférieur, ils laissent passer les ultraviolets et l'oxygène, ce qui brise les liaisons chimiques. Les couleurs issues des pigments organiques sont très vives et brillantes. Elles sont parfois qualifiées de couleurs plus propres ou plus pures.

Le tableau suivant compare les pigments inorganiques et organiques.

Chaque jour, les coloristes Valspar doivent parvenir à sélectionner des pigments abordables pour des revêtements qui vont servir dans des applications durables. Des contraintes en matière d'environnement et de performances viennent encadrer et restreindre leur liberté de choix. L'espace colorimétrique et les options de garantie s'en voient alors parfois limités, notamment si les exigences en matière de garantie sont élevées. En règle générale, les fabricants de peinture associent les pigments inorganiques avec des résines de qualité (PVDF) et les pigments organiques avec des résines moins onéreuses (polyesters).

Garantie : en quoi la couleur influe-t-elle ?

Avant toute chose, un projet architectural doit être analysé en fonction de sa situation, de sa finalité et des besoins spécifiques. Pour chaque projet il faut se poser les questions suivantes :

  • Quelle est l'application finale ?
  • Quel est l'environnement d'application (par exemple, le pourcentage de rayonnement solaire direct) ?
  • Quelles sont les exigences en matière de performances ?

Les réponses à ces questions contribuent à déterminer la formulation du revêtement et la garantie pouvant être proposée. Tous les pigments ne conviennent pas à toutes les applications. Les pigments pour des revêtements architecturaux d'extérieur hautes performances requièrent des produits de qualité affichant des propriétés exceptionnelles, notamment en ce qui concerne la résistance thermique. Les garanties de couleur s'appuient sur le pourcentage de pigments organiques et inorganiques utilisés pour créer la couleur finale.

La garantie standard proposée par Valspar concerne l'intégrité du film, le blanchiment et la décoloration d'un revêtement. L'intégrité du film est déterminée par le système résineux utilisé : PVDF, SMP ou polyester. Le blanchiment et la décoloration sont provoqués par la décomposition des pigments. Le blanchiment, qui prend l'apparence d'une poudre blanche, résulte de la décomposition des liaisons carbones par la lumière ultraviolette. Les pigments doivent absorber ou refléter les ultraviolets. La décoloration est entraînée par la décomposition du pigment lui-même, mesurée par les variations Delta E.

Voici quelques exemples de différentes options de garantie pour le produit Fluropon® (PVDF) de Valspar disponible en plusieurs coloris avec une exposition maximale sur un toit métallique :

Revêtement incolore

Il est évident dans cet exemple que le choix des piments s'est avéré un facteur déterminant pour déterminer la garantie du revêtement. Par ailleurs, nous prenons également l'usage final en considération. Cet exemple fait appel à l'exposition maximale.

Qu'en est-il d'un revêtement incolore ? Un revêtement incolore peut améliorer certaines couleurs vives fragiles et s'avère essentiel pour les couleurs métalliques contenant des pigments aluminium. Si une couleur métallique dépasse un certain taux de pigments aluminium, il faut alors utiliser un revêtement incolore. Cette couche de finition empêche l'aluminium de se décolorer s'il est exposé à certains produits chimiques. En plus de dynamiser les couleurs vives, un revêtement incolore peut également améliorer la résistance à la décoloration et au blanchiment de certains pigments organiques. Dans le cadre d'une garantie, la décoloration (DE 5.0) ne passe pas de cinq à vingt ans, mais il n'est pas rare qu'elle soit doublée pour atteindre dix ans. C'est un critère déterminé au cas par cas.

Quelle que soit la couleur que vous cherchez à obtenir, Valspar met à votre service sa solide expérience en matière de développement colorimétrique, ainsi que des ressources dédiées pour vous aider à faire le bon choix. La protection de l'idée de l'architecte est primordiale. Les revêtements Valspar lui permettent de bien évoluer avec le temps.

Cliquez ici pour lire l'article dans son intégralité.
Article de Metal Mag